Lettre au maire d’Antony

Suite à notre demande, nous avions rendez-vous avec le maire d’Antony le mercredi 10 février 2016. Face au maire qui était accompagné de M. Martin, adjoint en charge de l’urbanisme, nous étions cinq membres de l’ASPEA. Ce RDV avait pour objectif de connaître les positions de la municipalité pour ce qui concerne la préservation du patrimoine et de discuter des moyens à mettre en oeuvre pour régler les problèmes environnementaux du centre-ville. L’échange fut courtois mais sur chacun des points abordés, aucune promesse, aucun engagement ne fut pris de la part du maire.

Nous avons souhaité mettre par écrit nos échanges, pour acter ce qui a été demandé par notre association. Si la municipalité reste silencieuse, nous serons amenés à trouver des moyens d’action pour que les préoccupations légitimes de grand nombre d’Antoniens soient entendues.

Monsieur le Maire,

Nous vous remercions pour votre accueil ainsi que celui de Mr Martin.

Nous avons été sensibles à l’attention que vous portez aux différents domaines abordés ensemble et vous remercions également d’avoir accepté de nous tenir informés des avancées les concernant.

Concernant l’urbanisme et le patrimoine ancien du centre-ville :

– Bd P. Brossolette :

* surveillance en cas de vente du N° 19 pour qu’il n’y ait pas démolition du pavillon fin XIXème.

4_faades_meilleure_def

Le N° 19 est le 4ème pavillon en partant de la gauche.

* démolition programmée du poste de police et projet de construction d’ un bâtiment qui (selon le maire) s’intègre par sa hauteur, ses volumes, sa finition, au cadre environnant et au patrimoine ancien de qualité de cette rue. Nous transmettrons cette information à nos adhérents lors de notre AG qui aura lieu le 23 mars et vous informerons des retours.

Faade_et_voisines

Homogénéité de style entre le poste de police à gauche et les pavillons mitoyens voisins.

Frise

Frise en céramique au dessus des fenêtres du RDC

* restauration de l’école F. Buisson et prise en compte de notre proposition de création d’un jardin potager pour les enfants scolarisés.

Rue Velpeau :

* surveillance du N° 28 pour qu’il n’y ait pas démolition du pavillon ni construction d’un bâtiment qui, par ses volumes et sa hauteur, rompe la cohérence du front bâti encadrant l’accès de la Villa Domas.

* préserver les jardins, essentiels au maintien d’une biodiversité en centre-ville, permettrait d’amoindrir quelque peu les effets nocifs de la pollution.

Rue de l’Abbaye :

* surveillance du N° 17, Villa Salazie : veiller à ce que la partie droite du terrain en bordure de rue ne soit pas un jour occupée par une construction qui altère le charme de la Villa ( conformité des volumes, hauteur, qualité de finition // à la Villa).

Av G. Péri :

* surveillance pour conserver les pavillons et les jardins visibles de la gare du RER Antony centre. Au même titre que les zones précédemment citées, ce front bâti de pavillons contribue au charme de notre centre-ville.

Projet place Firmin Gémier :

L’ ASPEA est volontaire pour participer à l’élaboration d’ un projet.

* Réflexion sur le besoin de créer de la convivialité et sur la manière d’y parvenir :

très intéressante proposition de Mme Dossier de construire un Kiosque à musique, espace d’expression artistique mis à disposition des jeunes mais aussi des moins jeunes et à titre gratuit.

L’art pour tous et par tous!

Concernant l’environnement, la pollution et les problèmes de bruit en centre-ville :

La réalité des faits : 8000 véhicules qui transitent chaque jour par le centre-ville.

En raison des problèmes actuels de santé publique et de la nécessité d’agir à tous les échelons pour lutter contre le réchauffement climatique, il est nécessaire dans un 1er temps d’effectuer des mesures :

* programme d’analyse de l’air sur une période suffisamment longue/ hors vacances scolaires / en plusieurs points là où il existe des pics de pollution quand le trafic est le plus dense aux heures de pointe.

Proposition ASPEA de points possibles où les tests pourraient être faits suite à l’observation et à l’immersion in situ au quotidien.

– rue Velpeau :

* aux feux tricolores devant la clinique et à l’arrêt de bus au pied de cette clinique + au niveau du café de la gare où se trouvent des tables en extérieur.

– rue P. Brossolette :

* en aval du parking de stationnement des bus RATP/Paladin et dépose minute où les moteurs tournent souvent en continu en stationnement.

: au niveau de la crèche Pom d’Api.

– rue M. Labrousse et rue de l’Abbaye :

* à l’angle aux feux tricolores

– rue de l’Abbaye :

entre les N°1bis et 3 pour que soit mesuré le taux de pollution générée par les bus Paladin qui forment un ballet incessant aux heures de pointe. (zone actuelle de régulation !

– rue G. Péri et rue A. Mounié :

* à l’angle

– rue G. Péri :

* devant la sortie de l’école.

– rue A. Mounié et N20 :

* devant le  » café des sports » là où il y a des tables en extérieur, ou devant le MacDo, là où les voitures font des démarrages en côte.

* Elaboration par la ville, d’un nouveau plan de circulation pour désengorger le trafic automobile en centre-ville.

=> l’ASPEA demande à être consultée.

Nous rappelons le projet de déplacer une partie de la gare routière RATP à la Croix de Berny où existe une connexion avec le Trans Val de Marne et bientôt avec le Tramway. Cela fait maintenant plus de 10 ans que ce projet est en attente. Ce déplacement de terminus de la RATP n’empêchera pas ces bus d’avoir un arrêt dans le centre d’Antony. Ce déplacement permettra surtout aux bus Paladin qui n’ont pas de gare dans le centre, d’avoir leur terminus dans une gare digne de ce nom.

* travail de sensibilisation et de responsabilisation des citoyens :

– faire passer le message aux écoles publiques et privées pour faire en sorte de limiter le nombre de parents qui amènent leurs enfants en voitures.

Possibilité de covoiturage pour les plus éloignés et pour ceux qui sont à moins de 20 mn à pied, réapprendre les vertus de la marche à pied et si besoin d’aller plus vite, du vélo! La mairie pourrait peut être envisager l’édition de tracts de sensibilisation et de recommandations ?

– demander à la police municipale et nationale de s’adresser de manière préventive auprès des chauffeurs indélicats qui laissent tourner leurs moteurs en stationnement et relever les N° de plaques d’immatriculations.

Si récidive, verbaliser et ainsi agir à 3 niveaux :

1- changer les comportements de façon pérenne

2- faire rentrer utilement de l’argent dans les caisses de l’Etat

3- contribuer au mieux être de tous et de la planète!

Bien cordialement.

Mme Hélène Merlet

Mme Renée Izarn

Mme Ellen Dossier

Mr Riad Bouyahia

Mr Jacques Leblanc