ASPEA

Association pour la Sauvegarde du Patrimoine et de l’Environnement à Antony

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 28 MARS 2017

 

L’assemblée commence à 20 heures 15 et réunit  20 membres de l’ASPEA et 17 bons pour pouvoir.

  1. BILAN MORAL

A – Communication @ et site internet.

Communication interne :

Hélène MERLET présente tout d’abord ses excuses concernant l’envoi de certains  messages en c.c. & non pas en c.c.i. en demandant que ces adresses de courriels ne soient pas diffusées. Non pas que l’association ait des choses à cacher mais simplement pour que les adhérents gardent la liberté de transmettre leurs adresses à qui ils souhaitent.

Site internet :

Un nouveau site internet  est en cours de création dont l’adresse reste inchangée et qui sera plus convivial,  mieux organisé et plus facile à gérer : www.aspea.fr

B- Patrimoine en centre-ville.

  • Permis de construire une «  Maison Médicale » au 28 rue Velpeau.

Ellen Dossier rappelle avec diapositives à l’appui, que ce bâtiment   sera construit sur 100 % de la surface au sol. L’ASPEA ne peut pas faire de recours contentieux contre le permis de construire déposé par la SCI puisqu’il est conforme au PLU de 2008 qui permet désormais de densifier cette zone ainsi que l’îlot du centre-ville ( rue G.Péri, rue Mounié , place du marché).

Les riverains du CRIV28 ( Collectif  Riverains Velpeau 28) se sont rassemblés au sein de l’ASPEA pour agir plus efficacement.

Dans cette dynamique, il importe que chacun des membres surveillent les travaux,  leurs conformités vis à vis du permis (hauteur, taille des ouvertures, évacuation des eaux, alignement…).

Durant ces travaux,  la pollution va encore augmenter dans notre centre-ville venant s’ajouter aux  difficultés de circulation déjà existantes. Ces problèmes de pollution et de circulation augmenteront forcément une fois le cabinet médical terminé puisqu’il y aura au moins 280 personnes qui s’y rendront chaque jour.

Dans cette affaire, nous déplorons aussi la nouvelle perte d’un jardin planté d’arbres fruitiers et qui contribuait au charme de ce secteur du centre.

 

 

L’ARS D’IDF – Agence Régionale de Santé – a refusé par deux fois l’installation d’une nouvelle IRM à Antony car les antoniens et autres patients des communes alentours en bénéficient déjà à l’HPA et au Centre de Radiologie situé rue du Colonel Fabien. L’IDF est largement équipée dans ce type de matériel fort coûteux pour la Sécurité Sociale. Rappelons que beaucoup de région en France en sont par contre sous équipées.

  • Villa Salazie au 17 rue de l’Abbaye

Les travaux sont en cours. Les deux pavillons mitoyens au fond du terrain sont quasiment terminés, la Villa est en cours de restauration n’ayant pas trouvé preneur en l’état et le terrain à droite côté rue a été vendu. Nous attendons que la construction sur cette parcelle n’écrase pas par ses volumes la Villa qui a déjà perdu beaucoup d’espace vert autour d’elle…L’ASPEA se réjouit d’avoir alerté et empêché la démolition de ce pavillon qui fait partie d’un ensemble cohérent et contribue au charme de cette rue ancienne emblématique de l’histoire de la ville.

  • Démolition du pavillon au 122 avenue Aristide Briand (N20)

L’ASPEA  déplore la démolition de ce pavillon conçut par l’architecte H. Hidoux  qui sera remplacé par un immeuble comme tout le long de la Nationale ! Ce pavillon est orné en façade de belles mosaïques Art Déco que nous aimerions voir récupérées par la commune pour un réemploi dans l’habillage d’un projet  futur.

Pourquoi pas sur la façade du prochain poste de police boulevard Pierre Brossolette ?

  • Projet immeuble Franco Suisse rue Mounié derrière le magasin «  Au Chic Parisien ».

Le propriétaire de la boutique  « Au Chic Parisien » vend le grand jardin derrière la boutique  pour que soit construit  un immeuble de plus ! C’est encore un jardin qui disparait et une bouffée d’oxygène en moins dans le centre.

  • Disparition d’un bel espace vert et d’un pavillon au  14 rue Fondouze (à côté du square ?)

A cet endroit se trouve un pavillon année 70 entouré d’un très grand jardin qui est condamné puisqu’un projet immobilier de 3 bâtiments comprenant 13 appartements est prévu à cet endroit. Là encore le PLU le permet et il n’est pas possible pour l’ASPEA d’agir.

  • État du projet Place du Marché par Philippe CHAUSSON :

Le projet d’aménagement est paru au BMO d’Octobre 2016 – Consultation en Mairie – il inclut :

– La construction d’une barre d’immeuble de 16 mètres de haut avec perte d’ensoleillement sur la place    devant à partir de 14 heures. Une place sans soleil n’attire personne.

– La densification de cet ilot du centre-ville. Cette densification était programmée  depuis le PLU de 2008 dont   nous déplorons les conséquences en terme de santé publique : pollution, difficultés de circulation de tout ordre, bruit …

– La suppression de la rue du Marché amènerait un engorgement des rues adjacentes.

– La fermeture de l’accès au parking du Marché via la rue Mounié et  G. Péri en arrivant côté sud. Philippe CHAUSSON suggère aussi la création d’un accès au parking du Marché par la RD920, ce qui désengorgerait en partie cette zone .

– Notons qu’il n’y a toujours pas de véritables pistes cyclables dans le centre-ville.

Notons aussi qu’une étude sur 2 semaines comptabilise 700 véhicules/heure rue G.Péri, selon Mme. PRECETTI, Maire adjointe chargée de la mobilité urbaine à Antony… Nous souhaitons que cette étude soit diffusée par la mairie.

 

C- Pollution et bruit

Hélène MERLET rappelle avoir assisté en compagnie de Béatrice IZARN à la Conférence de l’Air organisée par le Conseil Régional  et présidée par Mme Valérie PECRESSE assistée de Mme Chantal JOUANNEAU. Le courrier  de demande d’analyse de l’air auprès de Mme JOUANNEAU  est resté sans réponse de même que celui destiné au Maire d’Antony.

Ellen DOSSIER  remarque que les promesses de déplacement d’une bonne partie de la gare routière à la Croix de Berny  pour désengorger le centre ville restent sans suite pour l’instant.

2 – DISCUSSION

L’ASPEA propose des actions avec les Amis de la Terre, et d’autres associations locales pour  l’environnement.

Prévoir une réunion semaine du 5 juin 2017 pour aborder les problèmes de nuisances sonores & de pollution atmosphérique dans le centre-ville. Il faudrait contacter les fédérations de parents d’élèves de l’Institut  Sainte- Marie et de Ferdinand Buisson pour une action la plus efficace possible.

Pour votre information, une réunion a été fixée au mardi 6 juin Salle Henri Lasson à partir de 20 heures 15. Nous aborderons les problèmes de pollution dans le centre-ville et l’aménagement de la place du Marché avec pour objectif de trouver des leviers d’actions. Vous êtes les bienvenus si vous souhaitez participer.

Autres remarques :

Pollution due aux nouveaux horaires de ramassages des ordures ménagères aux heures de gros trafics automobiles qui occasionnent des embouteillages, voirie encombrée en permanence par les collecteurs , bruits des « soufflettes »…

Abattage de nombreux arbres sur le grand terrain face au Commissariat de Police Nationale pour un nouveau projet immobilier. Résultat nouvelle disparition d’un ilot de verdure en contradiction avec la COP21.

L’ASPEA remarque que les riverains de ce quartier de la zone de la RUA, en cours de démolition, ne se mobilisent pas contre la densification urbaine à venir.

  • BILAN FINANCIER

En caisse au 31 décembre 2016 : 3748,64 euros

Livret A : 3016,88 euros

(Détail du rapport financier en pièce jointe)

Hélène Pham, notre trésorière, précise qu’à l’avenir, la cotisation de l’année en cours sera celle de la date du chèque.

 

  • VOTES

Bilan moral : approuvé

Bilan financier : approuvé

Renouvellement partiel du bureau :

Philippe CHAUSSON : Conseil d’Administration

Sylviane COURTOIS : nouvelle secrétaire

 

Fait, le 5 avril 2017 – Le Bureau de l’ASPEA