Une pollution des sols anormalement élevée a été découverte dans la rue des Morteaux à l’occasion du chantier de construction d’un immeuble : plomb, mercure, hydrocarbures et solvants… Les riverains avaient pris la précaution de solliciter un référé préventif ordinaire, qui à l’origine visait simplement à faire un état des lieux avant travaux (fissures). C’est dans ce cadre qu’en janvier 2012, ils ont pris connaissance du rapport de pollution officiel qui préconisait des opérations de dépollution. Ce rapport estimait le volume des terres polluées à 1300 m3, soit 2350 tonnes, à évacuer vers des déchetteries spécialisées.

L’origine de cette pollution, sur ce terrain qui jouxte la N20, reste encore à établir mais elle est probablement antérieure à la législation de 1976 sur la surveillance des activités polluantes (classement ICPE, installations classées pour la protection de l’environnement). La découverte de cette pollution non répertoriée représente potentiellement un problème de santé publique à l’échelle du quartier.

Ce site est particulièrement vulnérable aux pollutions souterraines, car les nappes phréatiques y sont à moins de 5 mètres de profondeur. En effet, le nom de la rue signifie « mortes eaux », en raison d’un petit ruisseau, « le ru des Morteaux », qui reliait autrefois le Grand Canal du Parc de Sceaux à la Bièvre, et qui passe sous le quai du RER Croix de Berny au niveau du petit passage vouté que l’on connaît. La préparation des sous-sols dans les premières phases du chantier a généré des coulées de boues importantes, qui ont pu augmenter la pollution souterraine.

L’Association des Riverains de l’Impasse des Morteaux (ARIM) s’est efforcée d’alerter les services compétents : Mairie, Préfecture, Ministère de l’Environnement, Agence Régionale de Santé, Inspection du Travail. Il semblerait que les opérations de dépollution soient en cours. Mais l’ASPEA demande à la Mairie d’Antony de prendre la mesure de la gravité de ce problème et de nous informer en toute transparence de l’avancement des investigations. En concertation avec le maître d’ouvrage, des analyses complémentaires doivent être menées in situ et dans les terrains environnants pour déterminer les risques de santé publique encourus par les Antoniens (inhalation par forte chaleur des métaux volatils et des hydrocarbures, risques pour les potagers).

 

Pollution Mortes eaux Antony

Pollution Mortes eaux Antony