Bienvenue!

Qu'adviendra-t-il de ces maisons qui font le charme d'Antony? Certaines sont déjà tombées, d'autres sont visées par des opérations en cours, beaucoup sont menacées depuis que la Ville d'Antony encourage la spéculation des promoteurs. Seul pourra les sauver un sursaut citoyen chez tous les antoniens.

Ce qui nous rassemble


Qui sommes-nous?

IMG_0472 Nous sommes des Antoniens unis contre la disparition des dernières rues pavillonnaires autour de la Gare, et ailleurs à Antony. Des optimistes de tous les âges : des jeunes, des moins jeunes et des franchement moins jeunes. Des propriétaires de maisons concernées ou non par les projets de la municipalité, mais aussi des locataires du centre-ville et des autres quartiers d'Antony. De droite, de gauche ou sans étiquette, qui partagent le goût des belles choses urbaines. Bref, des Antoniens comme vous, des citoyens qui veulent être entendus lorsqu'ils défendent le cadre de vie à Antony.

Question de point de vue...

IMG_0412Automne 2009. Face à la polémique sur le projet d'alignement de l'avenue Gabriel Péri, Mme Devedjian déclare être « tombée de l'armoire ». Mme Lescop, la commissaire-enquêtrice, ne s'attendait pas non plus à une telle levée de boucliers au cours de l'enquête publique. Lors de la première permanence où les riverains s'étaient rendus en masse, sa fonction était de les rassurer sur l'absence de dévaluation de leurs propriétés. Comment donc ?! Votre rue pavillonnaire va devenir une large avenue bordée d'immeubles, et vous ne vous réjouissez pas de la « plus-value » apportée à votre bien ? IMG_0413Elle reconnaît finalement qu'il y a eu méprise, et elle a l'honnêteté de rendre un avis défavorable. Mais elle attire sur elle les foudres de l'équipe municipale, qui déclare son incompétence et refuse de publier les conclusions de l'enquête publique.
Cette anecdote illustre bien le fond du problème : l'équipe municipale se considère comme le gestionnaire d'un parc immobilier. Elle est sourde aux citoyens qui veulent préserver ce qui fait l'âme de leur ville.

Le patrimoine, c'est essentiel !

IMG_0410Exiger le respect du patrimoine, c'est rappeler qu'une ville est d'abord faite pour y vivre, et non pour spéculer. En sortant du métro, nous avons la chance de longer les jardins qui offrent leurs parfums au printemps, une lecture des saisons à ciel ouvert... Nous longeons des pavillons anciens, emblématiques d'une histoire commune. Le promeneur qui s'arrête peut savourer la beauté des matériaux : bois, stucs, finesse des détails et des ornementations, pierre de meulière aux teintes nuancées, mélange de couleurs terre orangée, qui révèlent toutes leurs nuances au soleil... Hélas ces dernières années, les résidences construites à Antony sont repliées sur elles-mêmes, avec des jardins privatifs et cachés. Cette évolution risque de faire disparaître ce cœur de ville à taille humaine, cadre de rencontres et de vie.

Un engagement au-delà de tout clivage politique

IMG_0403Nous sommes tantôt accusés de gauchisme, tantôt de défendre des propriétaires privilégiés. Pour nous, c'est l'affaire de tous les habitants de la ville que de défendre ce qui témoigne de notre histoire. Ces clivages politiques nous font perdre de vue ce qu'est la réalité d'une ville : sa poésie, son passé et son âme, qui nous émeuvent et nous rassemblent. À l'heure du Grand Paris, il est urgent qu'une prise de conscience nous rassemble : la densification programmée doit s'effectuer avec discernement.

IMG_0468


Réponse aux pessimistes

Oui, notre action peut changer la donne et rien n'est perdu d'avance. Jusqu'à présent, l'équipe municipale a toujours avancé masquée en matière d'urbanisme. Rassemblés, nous pouvons la convaincre d'avoir avec nous une discussion fructueuse. En attendant, l'ASPEA se mobilise pour limiter la casse, grâce aux compétences multiples et valorisantes de ses bénévoles. Une alchimie où chacun trouve sa place. Vivre sa ville, c'est la défendre!